Kal Awa

S'accorder à la Nature, c'est dans nos racines
GRIMOIRE

BAUME ANTI-GRATOUILLES AU PLANTAIN

Chose promise, chose due ! Dans un précédent article consacré au plantain, j’évoquais les mille et une vertus médicinales d’une panacée considérée à tort comme une « mauvaise herbe ». Aujourd’hui, je partage avec toi la recette ultra simple d’un baume anti-gratouilles à base de plantain. Finies, les interminables séances de grattage causées par de vilaines piqûres d’insectes !

Le plantain (Plantago major/lanceolata) et ses vertus apaisantes

Il y a quelques temps, j’ai consacré un article à cette fabuleuse plante dont les multiples vertus sont désormais éprouvées. Si tu as raté le coche, pas de panique ! Tu peux te rattraper ici.

Le plantain est ce qu’on appelle une « panacée » : elle possède en effet de nombreuses vertus médicinales. Riche en vitamines A, B, C et K, ainsi qu’en calcium, fer et souffre (entre autres), on fait volontiers appel au plantain afin de soigner affections respiratoires, inflammations, infections, brûlures et démangeaisons. Sa principale mission consiste donc à apaiser et soulager.

Planche botanique du plantain lancéolé (Plantago lanceolata) – Crédit Photo : incroyablesplantes.fr

Je ne fais bien sûr que résumer tous les bienfaits de cette petite infirmière des jardins, tant elle est riche en propriétés médicinales, sinon, je pourrais t’en parler durant des heures !

Mais avant de te dévoiler la fameuse recette du baume anti-gratouilles, voici la recette du macérât huileux de plantain, ingrédient indispensable pour réaliser ton baume maison… Cette étape est cruciale, dans la préparation du baume, puisque c’est le macérât qui va donner au produit sa consistance onctueuse et qui conservera également tous les principes actifs de la plante. Et pour ça, il faut s’y atteler un mois avant !

Réalisation d’un macérât huileux de plantain

Pour réaliser un macérât huileux de plantain, rien de plus simple, il te faut :

  • un grand bocal en verre sombre, si possible, afin de protéger le contenu de la lumière
  • 1L de plantain préalablement cueilli et séché
  • 1L d’huile végétale bio extraite à froid (olive, par exemple)

Ensuite, il te faudra déposer les feuilles de plantain séchées et déchiquetées dans le bocal, y verser l’huile végétale jusqu’à arriver au-dessus des feuilles. Toutefois, veille à recouvrir suffisamment le contenu, de manière à éviter que les feuilles non imprégnées d’huile se mettent à pourrir…

Referme le bocal hermétiquement, et enveloppe-le avec un torchon. Pour le protéger de la lumière et de la chaleur, tu peux déposer le bocal dans un placard.

Enfin, laisse macérer le tout pendant 1 mois, en vérifiant régulièrement le niveau d’huile, mais aussi qu’il n’y ait pas eu de feuilles gagnées par la pourriture.

Recette du baume anti-gratouilles au plantain

Un mois est passé depuis la réalisation du macérât huileux de plantain, tu peux donc passer à la suite des hostilités !

C’est une recette très simple, contenant peu d’ingrédients, car le but est évidemment d’être minimaliste. Pour environ 100 mL, 3 ingrédients seront nécessaires:

  • plantain : 60 mL de macérât huileux extrait à froid et bio si possible
  • huile essentielle de lavande aspic (Lavandula latifolia) : 30 gouttes. Attention : cette huile ne convient pas aux femmes enceintes/allaitantes ni aux enfants. La remplacer par la lavande vraie (Lavandula officinalis).
  • cire d’abeille : 30 mL

Dans ce mélange, on retrouve en effet les vertus apaisantes, cicatrisantes et antiseptiques du plantain, mais également de la lavande aspic (par sa capacité à stopper la propagation du venin, après la piqûre d’un insecte). Quant à elle, la cire d’abeille solidifiera le tout.

Les étapes de la recette sont elles aussi très simples à suivre.

Tu connais désormais les secrets du baume anti-gratouilles au plantain et aller cueillir cette fabuleuse plante dans ton jardin. C’est en effet une plante que l’on retrouve facilement autour de soi, notamment les espaces verts régulièrement piétinés (d’où son étymologie latine Plantago, qui signifie « plante de pied » et « je pousse« ).

Cette recette sera très utile lorsque les beaux jours reviendront… avec les moustiques ! 😉

Lula

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.