Kal Awa

S'accorder à la Nature, c'est dans nos racines
ACTUS GAZETTE

LA HAPPY BOX, OU 365 JOURS DE BONHEUR DANS UNE BOÎTE

Nous traversons une drôle d’époque. Il y a dans ce froid hivernal, comme une brume d’ondes négatives. Je ne sais pas toi, mais moi, quand j’entends tout ce qui se passe autour de moi, je me sens trop souvent oppressée. Est-ce normal de vivre sa petite vie de la sorte ? Est-ce normal de voir ses congénères se battre entre eux, et exprimer tant de violence et d’individualisme ? En guise de réponse, au même titre qu’un bouclier invisible, j’ai choisi de me protéger du négatif, en pratiquant le principe de la Happy Box. Que se cache-t-il dans cette boîte..? Allez, viens, je partage avec toi mon petit secret de bonheur !

La Happy Box : les règles du jeu

Commençons par les bases : la Happy Box, c’est quoi ? Pas besoin de chercher 12h à 14h, il s’agit tout simplement d’une boîte, celle de ton choix. Dans cette boîte, tu glisses un bout de papier sur lequel, chaque jour de l’année en cours, tu auras écris une chose positive qui t’es arrivée, ou que tu as faite/dite, durant cette journée.

Exemple (non réel) : Aujourd’hui, j’ai partagé un moment de complicité avec Untel.

Si tu as joué aux Sims, tu imagines certainement les + verts qui flottent autour de vos deux têtes, tandis que vous partagez un gros fou rire ! C’est un exemple parmi tant d’autres. C’est un exercice très subjectif et il n’y a donc aucune bonne ou mauvaise réponse.

De bonnes vibes entre ces deux Sims !
Source : boards.fireden.net

Un an de pensées positives, c’est 365 (parfois 366) petits papiers déposés dans cette boîte. Le principe est vraiment très simple. L’idéal est bien sûr de commencer le jeu dès le premier jour de la nouvelle année, pour faciliter le mécanisme (et aussi pour des raisons psychologiques…) !

Un papier par jour : une histoire de mécanique

Je le disais plus haut, c’est un exercice quotidien ultra subjectif. Quand tu décides de mettre en place une Happy Box, c’est que tu as déjà atteint un stade important de prise de conscience. Choisir de se creuser la tête pendant 365 jours, pour essayer d’en tirer au moins une chose positive, c’est accepter de prendre soin de soi, pour commencer.

Les premiers jours peuvent s’avérer laborieux, car, en France, on adore râler et faire la gueule. En revanche, sortir quelque chose de positif relève d’un sacré défi ! J’exagère à peine… Mais, il suffit de se creuser un peu la tête, et de réfléchir : bon sang, mais qu’est-ce qui m’est arrivé de cool, aujourd’hui ? Est-ce que j’ai dit/fait un truc sympa ? Pas facile, hein ? Une fois le mécanisme intégré, tu trouveras facilement quoi écrire sur ce petit bout de papier, et ça deviendra un automatisme.

La couleur du bonheur

Evidemment, il faut voir au-delà du bout de papier. Ce petit jeu ouvre la voie à un véritable changement dans ta façon de raisonner et de voir le monde. Le but est d’abord de prendre soin de soi, pour ensuite, être en mesure de prendre soin des autres. Discours naïf ? Ce n’est pas mon avis…

« Tu irradies de bonheur », expression qui prend tout son sens avec cette carte des couleurs de manifestations corporelles, selon les émotions
Source : pinterest

Penser de manière positive déclenche tout un mécanisme chimique très intéressant. Les effets du bonheur et de la compassion ont fait l’objet de nombreuses études. Ils ont mis d’accord les communautés scientifiques et spirituelles sur un point : être heureux favorise le bien-être et préserve la santé. J’ai d’ailleurs trouvé cet article qui liste au moins 10 effets du bonheur, et ma foi, ça vaut le détour !

Une année entière à consigner quotidiennement des choses positives, c’est également un exercice de régularité. Un jour manqué, ce n’est pas grave, mais c’est tout de même une occasion ratée de partager un souvenir heureux encore tout chaud. Derrière cette pratique, il faut donc aussi s’entraîner à rester constant.e et assidu.e. Au final, après 365 jours d’écriture régulière, tu pourras certainement constater que tu es devenu.e plus persévérant.e ?

365 petits papiers plus tard…

Le 31 Décembre de l’année écoulée, c’est le jour du déballage. C’est le jour où tu peux enfin ouvrir la Happy Box, et lire chacun des petits papiers. Les souvenirs liés à ces billets referont certainement surface, mais aucune larme, aucun pincement au cœur, puisque ce sont des souvenirs heureux. Non seulement, ta mémoire aura conservé le meilleur d’une année de ta vie, mais en plus, tu accueilleras la nouvelle année avec un esprit plus aguerri et plus serein.

Un esprit sain + un corps sain = une vie heureuse
Source : entre-mondes.fr

J’entends souvent, à l’heure du bilan annuel (j’espère ne pas l’entendre ce soir, puisque c’est le grand jour…), des phrases vraiment dures : « j’ai passé une année de merde, j’ai hâte de commencer la nouvelle !) ! Moi-même, j’avais pour habitude de balayer d’un revers de main l’année écoulée, sans en conserver au moins quelques souvenirs agréables.

Après un gros travail sur mon comportement, je me suis rendu compte qu’il était triste de vivre, sans sa petite madeleine de Proust, et de n’avoir retenu de sa vie que des moments de douleur et de regrets. En toute logique, être triste ou du moins taciturne, a également ses effets sur la santé et l’état psychologique d’une personne…Si on n’accepte pas ces émotions-là, et si on n’essaie pas de les comprendre.

Tu as parfaitement le droit de réitérer l’opération autant d’années que tu voudras. Si tu estimes avoir encore des choses à apprendre, ou si c’est parce que cette expérience t’a permis de t’amuser, fonce ! Quant à moi, j’ai hâte de commencer, dès demain ! Et je te donne RDV le 31 Décembre 2019 pour l’ouverture de la Happy Box !

Pour conclure en de bons termes

Les médias n’aident pas les gens à être heureux. Ce n’est pas leur but. Ils préfèrent entretenir ce sentiment d’insécurité et de méfiance envers son voisin, plutôt que d’annoncer des informations qui suscitent bien-être et compassion. Parce que tu comprends, le bonheur n’est pas au programme. Il n’est ni rentable, ni productif, et il ne permet pas à un pays de s’enrichir. L’élévation d’un empire, avant l’élévation d’un esprit…Voilà où je voulais en venir, sans partir dans un débat brûlant.

En tant que personne, dotée d’un esprit clair, je décide d’être heureuse, bien dans ma tête et dans mon corps. Pour cela, je choisis de retenir le meilleur, année après année et en même temps, d’accepter mes émotions négatives telles qu’elles sont. J’accepte surtout de les comprendre. Je choisis également l’indépendance d’esprit. Je choisis de ne pas standardiser mes pensées, ainsi que mon mode de vie, si cela ne me rend pas heureuse.

Et pour compléter mon apprentissage, j’ai également écrit une lettre d’amour à mon corps. Le but de cette lettre est de remercier et accepter celui qui me porte depuis tant d’années. Cette démarche s’inscrit également dans l’apprentissage du bonheur par soi-même et je pense qu’elle permet de s’ouvrir davantage aux autres. Tu peux la lire ici !

Lula

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.