KAL AWA

S'accorder à la Nature, c'est dans nos racines
Adventices Annuelles-Bisannuelles CÔTÉ JARDIN Portrait de Plante

LA VERGERETTE DU CANADA (Conyza canadensis) : LES BIENFAITS SECRETS D’UNE PLANTE MAL-AIMÉE

Un soir, alors que l’été touchait à sa fin, je faisais ma promenade habituelle, au jardin public, situé non loin de chez moi. Curieuse de nature, j’ai observé depuis quelques temps, la présence d’une drôle de plante, disséminée un peu partout, sur les trottoirs et près des habitations… En rentrant chez moi, j’ai eu la surprise de reconnaître cette grande perche (environ 2 mètres, sérieux)… Pour satisfaire ma curiosité, j’ai fait quelques recherches, et j’ai aussi utilisé l’application Pl@nt Net (répertoire participatif mondial de botanique). Et j’ai découvert bien plus qu’une simple « mauvaise herbe citadine »… Présentation de la vergerette du Canada !

Racines américaines 

Un peu d’histoire… A l’origine, la vergerette du Canada provient…de Thaïlande. Non, elle provient bien du Canada et de l’ensemble du territoire américain ! On l’appelle ainsi, car à l’époque où elle a été découverte et nomenclaturée (XVIIème siècle), une verge représentait le fouet, qui servait à punir les vilains garnements. Aïe !

Source : aujardin.org

En Amérique du Nord, on l’utilisait sous différentes formes, pour soigner un certain nombre de maux. Par exemple, certaines tribus indiennes s’en servaient en cas de troubles liés aux cycles menstruels des femmes. Réduite en poudre, et prisée, la vergerette provoquait des éternuements, aidant à traiter un rhume. Enfin, quand on la brûlait (tige et feuilles), sa fumée avait la capacité d’éloigner les insectes.

Une plante qui a tout d’une grande

Comment reconnaître la vergerette du Canada ? En ouvrant bien l’oeil, et en se référant à un guide de botanique, afin de ne pas la confondre avec une autre plante.

Plante annuelle,  de la famille des Asteracées, la vergerette se distingue par une tige velue qui part d’une base en forme de rosette, et s’étire en hauteur, composée de feuilles étroites et  longues (=lancéolées). Elle produit des fruits secs, dotés d’une touffe blanche et douce au toucher. Les fleurs sont assez petites, en forme de ligules, blanchâtres ou jaunâtres. La vergerette peut

Source : genialvegetal.net

atteindre plus d’1 mètre de hauteur et elle pousse sur les terrains en jachère, vides, et en bordure de trottoir, ou contre un mur. C’est une véritable battante, et s’adapte très bien aux milieux urbains !

En ce moment, à l’aube de l’automne, elle est en cours de floraison. La grande discrète s’ouvre un peu plus… C’est donc la période idéale pour la récolte. Evidemment, il vaut mieux éviter de le faire dans un milieu urbain, car elle aura été souillée par les particules fines, la pollution, l’urine d’animaux… Bref, un joyeux cocktail !

Les bienfaits méconnus sur notre santé

On la qualifie, et à tort, de « mauvaise herbe ». Pourtant, la vergerette recèle d’un certain nombre de vertus phytothérapeutiques !

Tout d’abord, elle contient en quantité relativement importante des tanins et des flavones. Ces éléments possèdent des capacités anti-diarrhéique (t’as compris…), diurétique (augmente la production d’urine) et uricolytique (régule le taux d’acidité urique dans le sang).

Sa résine peut faire l’objet d’extraction, destinée à créer une huile essentielle, composée de citronnelle, de therpène et de menthène. Malheureusement, cette huile essentielle est assez rare à trouver dans le commerce… car très peu demandée, certainement.

Source : quelle-est-cette-fleur.com

Concrètement, à quoi peut-elle servir, en médecine ? Eh bien, je vais te le dire, petit papillon impatient !

De manière générale, la vergerette du Canada est la plante anti-inflammatoire, et pour soigner les douleurs articulaires, comme les rhumatismes, la polyarthrite et l’arthrose, par exemple. On se sert surtout de ses fleurs.

On utilise également cette plante pour traiter des cystites (infection urinaire très douloureuse), et elle devient plus efficace quand elle est associée à la canneberge (cranberry).

Enfin,  on lui trouve une utilité dans le traitement de diarrhées et dans un tout autre registre, pour traiter les leucorrhées (pertes blanches).

Exemple d’utilisation : traiter les rhumatismes, l’arthrose et la goutte

Avant toute chose, je me répète sûrement, mais redoubler de vigilance n’est pas de trop. En aucun cas, je ne suis habilitée à prescrire quoi que ce soit, et en aucun cas, je me porte garante des résultats obtenus. C’est une recette conseillée par des thérapeutes, avec des dosages à respecter scrupuleusement. Je me décharge de toute responsabilité en cas de non respect des dosages conseillés, et des avertissements généraux par rapport à cette plante. Consulter un professionnel de santé  va bien sûr de paire avec l’utilisation de toute plante. Voilà qui est dit.

Source : herbo.vital.com

En usage interne, l’infusion est la manière la plus adéquate pour traiter ces maux :

  • Faire bouillir 20g de plante séchée, dans 1L d’eau.
  • Laisser infuser 10 minutes
  • Boire 3 tasses par jour, après chaque repas

En ce qui concerne les traitements diurétiques et contre les infections urinaires, tu peux préparer une infusion, en associant la vergerette à du sureau et à la pariétaire (ici aussi, il faut évidemment respecter les doses), ou bien une décoction ou encore en gélules. Les dosages sont donnés ici !

Alors, la vergerette du Canada, c’est toujours une « mauvaise herbe » ? 🙂

Lula

3 Commentaires

  1. Merci beaucoup, j’ai hâte de tester l’application demain.

    J’ai un remède pour guérir et stoppé la varicelle avec une plante dès j’ai le temps je vous partage tous ça, à bientôt !!!

  2. Salut, moi je viens de l’île de la Réunion et là-bas on utilise beaucoup les plante pour se soigner, merci pour l’application car je viens d’arriver en métropole et il y a énormément de plantes que je ne connais pas ici et qui a sûrement des bienfaits merci à bientôt

    1. Salut Samuel! Et bienvenue sur Kal Awa et en métropole !

      Merci pour ton commentaire 🙂

      La flore est assez riche et variée ici, mais elle l’est encore plus quand on élargit son champ de vision (et de curiosité). La plupart des plantes présentes ici proviennent d’ailleurs,et parfois de très loin 🙂

      Bonne navigation sur Kal Awa, et à très bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.