Kal Awa

S'accorder à la Nature, c'est dans nos racines
ACTUS CÔTÉ JARDIN GAZETTE Les petits gestes écolos

TOP 5 DES PLANTES ENNEMIES DU COMPOST

Si tu lis cet article, c’est que tu as certainement déjà lu la première partie, concernant les 5 plantes amies du compost…Non ? Eh bien, il est toujours temps de rattraper le train en cours : ici ! Pour cette seconde partie, je te propose de voir le top 5 des plantes ennemies du compost. Attention, c’est à prendre avec beaucoup de nuances, car au fond, le compost n’a pas vraiment d’ennemi.es. Autrement dit, dans la nature, lorsqu’une matière organique se décompose (feuille, branche, animal, insecte, fruit, etc.), elle ne va pas vraiment nuire au compostage…

1/Le laurier (mais aussi le photinia)

Quand je parle du laurier, je parle bien sûr de toutes ses espèces : laurier-palme (ou laurière), laurier-noble, laurier-rose, etc. On en trouve dans presque tous les jardins, tant pour leur facilité d’entretien que pour leur aspect ornemental intéressant. Mais, peut-on mettre les feuilles de ces arbustes au compost, après leur taille ? Ce n’est pas interdit et ce n’est pas gravissime si la plupart des gens le font. En vrai, il vaut mieux éviter d’ajouter les feuilles/branches de lauriers dans le compost… Tout simplement parce que les feuilles de ces arbustes se décomposent très lentement. En effet, quand elles sèchent, elles forment une carapace étanche, empêchant le reste du compost de se décomposer. Le pire, c’est dans le cas où tu broies les branches de laurier : ces dernières dégagent du cyanure (acide cyanhydrique) ! Alors, moi, j’éviterais d’en mettre dans mon compost…

Laurier palme
Crédit Photo : jardindesgazelles.fr

2/Les résineux

Alors, oui, là, je triche. Pour un seul numéro, j’inclus toute une catégorie de plantes ! Dans le cas contraire, ce ne serait plus un top 5… Bref. En effet, je ne te conseille pas d’ajouter des branches/feuilles de résineux dans ton compost. Quelques exemples : les pins, les cèdres, les thuyas, les cyprès, tous les conifères, en somme). Pourquoi ne pas mettre de résineux dans son compost ? Tout simplement parce que leur bois contient des terpènes. Ce sont des molécules toxiques pour les autres plantes, à leur contact racinaire. De plus, leur écorce contient du manganèse, dont le taux devient trop nocif pour les autres plantes. Cependant, tu peux incorporer les branches des résineux au compost, si, et seulement si, tu les as préalablement laissées se dégrader. En attendant de les mettre au compost, tu peux effectivement t’en servir comme paillis pour tes massifs, en ayant pris soin de les mélanger avec d’autres branches, issues de feuillus (donc pas de conifères/résineux). A la surface, ça ne craindra rien. Il faut compter environ 2 ans, pour obtenir une dégradation correcte.

Exemples de résineux
Crédit Photo : jeretiens.net

3/Le ciste

Cet arbuste produit de très jolies fleurs roses ou blanches, à l’aspect froissé. Après la floraison (fin printemps – fin été), une petite taille ne lui fera pas de mal. Malheureusement, ce n’est pas vraiment une chouette idée de mettre les feuilles du ciste au compost… Du moins pas tout de suite. En effet, les feuilles du ciste contiennent de grandes quantités de composés allélopathiques (freins à la croissance des autres plantes). Ce n’est pas tant le fait de composter les feuilles de ciste qui pose problème, puisqu’elles se décomposent assez rapidement. Mais c’est plutôt parce que ces fameux composés chimiques restent longtemps dans le compost. Autant attendre 2 ans, qu’elles se dégradent bien, avant de les introduire dans le compost !

Ciste pourpre
Crédit Photo : Pinterest

4/L’armoise

En France, nous sommes très largement envahi.es par l’armoise (ou ambroisie). Dans ce cas particulier, il ne faut vraiment pas mettre cette plante au compost. Ses feuilles et ses tiges contiennent une quantité importante de composants nocifs pour les vers de terre du compost (leur présence est plus que bénéfique au compost). En fait, l’armoise va avoir une action vermifuge dans le compost, et ainsi ruiner tout le système micro-organique. Le mieux reste donc de disperser les déchets de taille de cette plante à la surface du sol.

Armoise commune
Crédit Photo : canope.ac-besancon.fr

5/La camomille

On apprécie la vertu apaisante et régénérante de cette plante. En médecine naturelle, ses facultés ne sont plus à prouver. Alors, tu pourrais te dire que la camomille est inoffensive, comme ça, avec ses jolis pétales blancs… Pourtant, je ne te conseille pas de la mettre au compost, car tout comme l’armoise, elle contient des composés néfastes aux êtres vivants qui participent à la bonne décomposition, dans le tas de compost. Bon, ici, en petites quantités, ça ne craint pas trop, contrairement à l’armoise. Le mieux est de l’étaler à la surface du tas.

Camomille
Crédit Photo : jardiner-malin.fr

BONUS

Comme tout bon top qui se respecte, un petit bonus n’est jamais de trop. On dit souvent que les déchets de taille du noyer, du chêne et du châtaigner n’ont pas leur place au compost. Eh bien, laisse-moi te dire que c’est faux ! En vérité, ces arbres ne constituent absolument pas un danger quelconque pour le compost. Leurs feuilles sont riches en tanin, certes, mais elles ne sont pas toxiques pour autant. Il n’y a qu’à voir en forêt…

Feuilles mortes
Crédit Photo : compost-bio.com

Il existe bien sûr beaucoup d’autres plantes amies et ennemies du compost, ce ne sont là que des exemples. La liste n’est pas exhaustive. Après, il faut voir au cas par cas, si tu veux t’assurer d’avoir un beau compost bien riche !

Si tu souhaites en savoir plus sur le compost et ses rouages, viens donc faire un tour ici ! Le compost n’aura plus aucun secret pour toi…

Qu’en penses-tu ? Comment gères-tu ton compost ? Exprime-toi dans les commentaires !

Lula

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.